Méthode Q4R

Le projet REFRER est fondé sur une méthode développée par le Centre de recherche LICEF de la Télé-université, à travers le projet international Quality for reuse (www.q4r.org). Ce projet, financé par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH), a permis d’élaborer une méthode fondée sur les meilleures pratiques de plusieurs banques de ressources internationales. Actuellement, la méthode et ses instruments ne sont disponibles qu’en anglais.

Une première adaptation de la méthode Q4R au contexte et aux besoins du projet REFRER a été effectuée durant la Phase 1 du projet, tel qu'illustré dans le schéma suivant.

REFRER-processus Q4R

Ainsi, la méthode prévoit trois grandes phases :

  • D’abord, l’analyse des besoins de l’organisation qui requiert l’élaboration d’une banque de ressources d’enseignement et d’apprentissage. Cette phase permet d’évaluer les besoins et les contraintes technologiques et administratives locales, la mission, les buts, les objectifs et la politique éditoriale de la future banque de ressources ainsi que ses publics cibles.
  • Dans une deuxième phase de la méthode, à partir de ces éléments, l’équipe de réalisation choisit ou développe les instruments qui permettront la mise en place d’une banque de ressources. La méthode propose des aides méthodologiques qui doivent être adaptées à chaque situation selon la composition de l’équipe. Cinq types d’acteurs théoriques sont désignés : gestionnaire, contributeur/auteur, évaluateur, indexeur et (ré)-utilisateur, auxquels on voudra fournir une instrumentation, notamment des guides méthodologiques pour la construction et la gestion de la banque.
  • Finalement, lors de la troisième phase de la méthode, les acteurs choisis à la phase précédente vont établir et maintenir la qualité de la banque de ressources tout en fournissant une rétroaction pour son amélioration continue. Au cours de cette phase, les fournisseurs de ressources doivent pouvoir proposer des ressources à intégrer dans la banque. Ces ressources doivent être évaluées pour décider si on peut les intégrer en fonction de la politique éditoriale et pour déterminer comment les intégrer dans des collections. Puis, chaque ressource retenue est indexée par métadonnées selon un standard international, pour son insertion dans la banque. Pendant ce temps, les usagers déterminent, utilisent et annotent les ressources au fur et à mesure qu’elles deviennent disponibles. Ces données d’utilisation et ces annotations sont précieuses pour le gestionnaire de la banque de ressources qui est responsable d’en maintenir la qualité et d’en prévoir l’évolution. Une telle méthode est un élément essentiel de la solution proposée dans le projet REFRER pour construire les banques de ressources de manière organisée et faciliter leur utilisation ultérieure en outillant adéquatement les divers intervenants concernés.